Le saint inconnu


Tout le monde connaît le soldat inconnu. Enfin, personne ne connaît le nom du soldat inconnu, sans quoi il ne serait pas inconnu, mais tout le monde sait qu’un soldat inconnu a sa tombe sous l’Arc de triomphe. Mais qui connaît le saint inconnu ? Eh bien figurez-vous que nous le fêtons le 24 Septembre. Il s’appelle Anathlon. Et c’est tout ce qu’on sait de lui. Certes, c’est déjà mieux que le soldat inconnu. Sauf que le soldat inconnu, on sait qu’il a existé. Alors qu’Anathlon, sa vie même est au conditionnel : il aurait vécu au Ier siècle, voire au IIe siècle, et il aurait été le premier évêque de Milan. Et c’est tout ce qu’on croit savoir de lui. À la vérité, on n’en sait rien. Moyennant quoi il est bel et bien devenu saint. Et il a droit à sa fête, le 24 septembre. De quelle profession saint Anathlon est-il le saint patron ? D’aucune. Vous me direz que pour un saint dont on ne sait rien, ça peut se comprendre. Sauf que je trouve que c’est bien dommage. On a là un saint parfaitement inconnu, dont l’existence même relève de l’hypothèse : qu’attend-on pour en faire le saint patron des inconnus, des anonymes, de ceux « qui ne sont rien »,pour reprendre l’expression malheureuse d’Emmanuel Macron ? À mon avis, ça fait du monde. C’est sans doute plus valorisant d’être le saint patron des aviateurs ou des chirurgiens. Mais un inconnu, même pas sûr de sa propre existence, saint patron de l’immense peuple des inconnus, ce serait la classe.

Commentaires