L'argument qui tue


Pour parler de lui-même, ­Donald Trump n’est pas avare de superlatifs. En gros : il est le plus beau, le plus intelligent, le plus performant. Pour discréditer Michael Bloomberg, qui vient d’annoncer sa candidature aux primaires démocrates, il a ainsi trouvé l’argument décisif : il est plus grand que lui. Donald Trump, en effet, mesure 1,90 m, contre un piètre 1,72 m pour Michael Bloomberg. Aussi a-t-il décidé de l’appeler « Little Michael ». Michael Bloomberg est censé ne pas s’en relever. Maintenant, il se trouve que Michael Bloomberg a non seulement beaucoup d’argent, beaucoup plus que Donald Trump (surtout, ne le répétez pas), mais qu’il est à la tête d’un empire médiatique, ce qui, disons, lui donne une certaine puissance de feu. J’ai pu moi-même vérifier l’assurance que donne cette puissance. Une jeune journaliste de Bloomberg TV m’a ainsi certifié, voilà quelques années, qu’elle avait très bien connu mon père. Mon père étant mort en 1964, date à laquelle cette journaliste n’était sans doute pas née, et n’ayant, de surcroît, pas franchement fréquenté la sphère médiatique (il était chef cantonnier), je me suis permis de lui répondre que ça m’étonnerait. Elle m’a alors fusillé du regard : « Mais puisque je vous le dis ! Je le sais, tout de même, que vous êtes le fils de René Rémond ! » Telle est la puissance de la télévision : elle sait mieux que vous de qui vous êtes le fils. Ne me restait plus qu’à m’excuser de ma propre ignorance.

Commentaires